Comment en voulant démontrer l’utilité de YAGGO nous avons créé CAASK

Mardi 18 mai 2021, nous annoncions officiellement (= sur LinkedIn, mieux que le Journal Officiel) la naissance de CAASK, le petit frère de YAGGO, après 15 (longs) mois de gestation !
C’est le bon moment pour revenir sur l’origine de ce nouveau service, qui au tout début n’en était pas un d’ailleurs.

Pour bien comprendre l’origine de la création de CAASK, nous devons d’abord partager quelques mots sur YAGGO (au cas où cet article serait repris sur des millions de sites, et que vous ne seriez pas sur notre blog La Minute Humaine).
 

YAGGO a été créé en 2016 suite à deux observations récurrentes sur le marché du recrutement :

1.      Plus de la moitié des candidats ne reçoivent aucune réponse lorsqu’ils postulent à une offre.
2.     Les entreprises diffusent en continu les mêmes annonces, et une candidature n’est pertinente qu’à un moment T unique (nous ne nous étendrons pas ici sur la léthargie abyssale des CVthèques et autres viviers de candidats…).

La mission de YAGGO est claire : apporter à tous vos postulants (sans exception) la considération qu’ils méritent pour qu’ils gardent un bon souvenir de leur expérience de recrutement chez vous.

Interlude auto-promo, épisode #74585

Concrètement, l’équipe (aidée par notre outil techno) envoie à tous les candidats non retenus sur CV une réponse personnalisée et bienveillante, au nom de l’entreprise recrutant. En tant que service en marque blanche, YAGGO n’apparaît jamais du côté des postulants. Nous contextualisons également la réponse apportée, et nous donnons des conseils aux prétendants pour qu’ils ou elles améliorent leur candidature. En parallèle, nous créons aussi des viviers de profils pertinents pour nos entreprises clientes, que nous animons via des newsletters proposant des contenus premium et des offres alignées sur leurs compétences.

Rentrons maintenant dans le cœur du sujet qui nous intéresse aujourd’hui, CAASK.

En pleine panique générale de mars 2020, nous nous sommes demandés comment montrer à nos clients et à nos prospects que YAGGO était vraiment efficace pour les équipes de recrutement et pour les candidats.

Nous avons donc cherché les Indicateurs Clés de Performance (ou KPI) de YAGGO disponibles depuis notre outil :

Le nombre de réponses envoyées

Le délai moyen d’un envoi de réponse, une fois que nous avons récupéré la candidature sur l’outil

Les réponses des candidats, surpris d’avoir obtenu une réponse négative personnalisée

Nous avons aussi, dans une démarche similaire, relevé les indicateurs que les recruteurs calculent ou récupèrent sur leur ATS, ou réclament en interne (et qui sont donc souvent difficiles à obtenir) :

–    Le coût et le délai moyen d’un recrutement
–    Le nombre de candidats embauchés présents dans les viviers

Cependant, ces données ne nous semblaient pas complètes.
Il manquait quelque chose : un avis quantitatif et scalable des postulants sur l’expérience de candidature. Soit le moyen d’obtenir une vision précise des effets de YAGGO sur la marque employeur de nos clients, et confirmer le ressenti positif des réponses de candidats heureux d’avoir reçu un retour personnalisé.

Comment montrer aux équipes de recrutement que notre service marche ?

En Ressources Humaines, on nous dit souvent : “on n’a pas de chiffres car on fait de l’humain”. Pourtant les Codir RH, comme les autres Codir, demandent de plus en plus de données pour justifier les investissements réalisés.
Nous avons donc voulu aller plus loin et justifier de l’utilité de YAGGO sur la marque employeur, en demandant directement aux candidats, les utilisateurs du service, un avis chiffré et facile à interpréter.

Comme souvent, nous sommes allés jeter un œil du côté de la relation client, curieux d’y voir ce qu’il s’y faisait en matière de création de data.

Et c’est là que nous avons découvert le NPS (Net Promoter Score).

Avec CAASK, nous créons de la donnée contextualisée, ancrée dans le temps, facilement comparable, et basée sur un indicateur universel.

Ce NPS consiste à demander aux clients à quel point ils sont prêts à recommander un produit ou service sur une échelle de 0 à 10, dans le but d’en sortir une note moyenne entre -100 et 100.
 

Un “NPS Candidat” permettrait donc au postulant de noter son expérience de candidature, et au recruteur d’obtenir un ressenti global sur ce qui fonctionne, ou ne fonctionne pas.

Plus que le résultat absolu, c’est le résultat relatif qui apporte la valeur ajoutée.
Avec CAASK, nous créons de la donnée contextualisée, ancrée dans le temps, facilement comparable, et basée sur un indicateur universel.

Comment aider le recruteur à prendre les bonnes décisions ?

Nous sommes rapidement arrivés à un double constat, lorsque nous avons commencé à recueillir des avis sur le projet :

Le NPS pour candidat nous donne des informations sur l’appréciation (ou non) de l’expérience de candidature globale du postulant.

Ainsi, il est difficile d’isoler spécifiquement l’influence de la réponse personnalisée sur le ressenti général.

Ce qui est vrai pour YAGGO peut aussi l’être pour un autre service ou outil

En nous replongeant dans la vie d’avant Covid, nous nous sommes souvenus des formulaires envoyés après une location Airbnb… Rappelez-vous, le service de location vous demandait de noter votre séjour sur des points bien spécifiques : propreté, rapport qualité-prix, communication…

notation airbnb

Pour les candidats, répondre à des questions précises est beaucoup plus facile que de juger une expérience sur un axe unique. Et pour les recruteurs, mettre la main sur des retours hyper précis est une bénédiction pour mener à bien des actions concrètes en vue d’améliorer l’expérience de candidature.

C’est donc suite à cette révélation que tout nous a semblé évident : CAASK ne devait pas être qu’un KPI déguisé, mais bien un service à part entière, destiné aux équipes de recrutement.

UX design et utilisateurs à double tranchant

Le design thinking est une méthodologie qui permet d’innover, de créer en partant de l’humain et sur un laps de temps raccourci. Nous avons pu compter sur l’aide et le talent de Jérémie Cohen, expert UX, pour créer ce nouveau service avec un angle basé sur une dualité d’utilisateurs : le candidat et le recruteur.

Au fait, pourquoi "CAASK" ?

Après des heures de nœuds au cerveau et plusieurs revirements, nous avons finalement décidé d’appeler notre nouveau service « CAASK » , la contraction de Candidate et Ask, avec une connotation protectrice et… économe (mais arrêtez de casquer !). Quoi on va chercher trop loin ?

Les objectifs lors de la création de CAASK étaient simples : il fallait interroger, créer, tester, interroger à nouveau, modifier, tester, et répéter.

Jérémie nous a aidés dans la création, la réalisation des entretiens avec des recruteurs volontaires (merci à Laurianne de Tredern, Catherine Damiens, Marina Courson et Sophie Lamoureux !), l’analyse et la verbalisation de leurs besoins (exprimés et non exprimés) et attentes : analyser les données recueillies, renforcer les arguments, accompagner sans imposer…

Pour en savoir plus sur les candidats, nous avons donné la parole aux étudiants en Master 2 Web Design de l’ECV Digital, accompagnés par Matthieu Sabourin et Yoann Lemeni. Un exercice très intéressant, porteur de nombreuses réactions qui se sont avérées inestimables dans la conception du service.

Enfin, nous avons sollicité Nolwenn Nasri pour la création de la charte graphique CAASK et la mise en place d’un processus d’interviews d’un panel d’utilisateurs. Le but étant d’affiner l’UX de nos templates d’emails de questionnaire, améliorer la lisibilité, augmenter les taux d’ouverture, de clics et de participation.

Il faut savoir que CAASK fait partie de la famille des services B2B2C. Il s’agit d’une assistance qui aide les équipes de recrutement à mettre des chiffres concrets  sur leurs convictions, grâce aux retours de leurs candidats.

Le recruteur est l’utilisateur en créant son questionnaire, et en utilisant son dashboard dédié.
Le candidat est l’utilisateur en répondant au questionnaire, en suivant un parcours défini par mail.

Pas si simple !

Comment trouver la légitimité et s’engager ?

En recrutement comme pour CAASK, la légitimité vient de l’expérience terrain.

Avec YAGGO, nous avons évolué avec les équipes RH pour, au final, arriver à plusieurs observations :

Le nombre de réponses envoyées

Le délai moyen d’un envoi de réponse, une fois que nous avons récupéré la candidature sur l’outil

Les réponses des candidats, surpris d’avoir obtenu une réponse négative personnalisée

Une fois l’envie de remettre des chiffres dans le recrutement identifiée, nous avons voulu nous engager avec des partis pris forts et une légitimité technique de poids : nous sommes déjà intégrés sur la plupart des ATS grâce à YAGGO.

Parti pris fort N°1

Nous nous adressons à vos candidats en notre nom (grand changement par rapport à YAGGO où nous sommes dans l’ombre). Nous voulons être ce tiers de confiance qui fait que le postulant donnera son avis honnête, car nous lui garantissons un anonymat total.

Parti pris fort N°2

Nous voulons avoir un « NPS Candidat », mais nous voulons surtout poser des questions précises à des profils précis, dans un contexte précis, que nous identifions grâce à nos intégrations sur les ATS. Ceci nous permet d’être pertinents. Nous ne demanderons pas, par exemple, à un candidat rejeté sur CV comment s’est passé son entretien.

Parti pris fort N°3

Nous sommes un service et pas un outil que l’on place entre les mains des recruteurs en leur disant : “Allez, bonne chance !”. Nous assistons, collaborons dans la création, la formulation, la récupération et la traduction de la data. Nous agissons en binôme avec nos clients pour ne pas s’arrêter à la génération de données, mais bel et bien proposer un plan d’actions à mettre en place à court et moyen terme.

On pense que ces 3 partis pris sont des avantages concurrentiels, qu’ils correspondent à la vision que l’on a d’un service et à notre mission de réconcilier candidats et recruteurs pour un monde de l’emploi qui tourne plus rond.

Déclaration d'💖 aux pionniers

Grâce à notre super équipe de pionniers, nous avons pu développer CAASK de façon optimale, et faire de ce nouveau service une fierté !

Merci donc à MaximeMickaël de Meetic et Arnaud et Lucie d’e-voyageurs SNCF de nous faire confiance, de prendre part à l’aventure, d’être curieux et force de proposition, et d’être patients aussi !

C’est une belle preuve de considération de vos candidats, et de confiance envers nous, et vous serez à jamais les numéros 1 et 2 de CAASK.

Hâte de voir la suite !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print